Au revoir Odile

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le site de la Mission rurale est à l’arrêt. Celle qui en était l’âme, Odile Mack, a rejoint la maison du Père. Un AVC l’a enlevée à sa famille et à ses amis.

Odile avait choisi de servir l’annonce de l’Evangile au travers de plusieurs missions confiées par l’Église. Après des études agricoles et de l’enseignement, après un temps consacré essentiellement à l’éducation de ses quatre enfants, elle avait accepté une mission de déléguée diocésaine à la catéchèse dans son diocèse de Chartres. Cela faisait suite à un diplôme d’enseignement religieux. Puis elle avait accepté d’être permanente CMR et déléguée diocésaine pour les Mouvements et associations de fidèles.
C’est dans cette mission qu’elle fut repérée pour succéder à Christiane Lecoq-Piel pour ce service des évêques qui veille sur le devenir de l’Église en monde rural : la bien nommée « Mission rurale » ou « Mission de l’Église en monde rural ». Elle y arrivait pour travailler avec moi, nous étions tous deux « chargés de mission » à la Mission rurale.

Voici comment elle parlait de cette arrivée dans la première Newsletter de la Mission rurale :
Se mettant sous une invocation d’Antoine de St Exupéry « Seigneur, apprends-moi l’art des petits pas », elle ajoutait : «L’art des petits pas” : Voilà une belle feuille de route pour débuter une nouvelle mission (… ou une nouvelle année). Des petits pas, il en a fallu beaucoup pour arriver de mon diocèse de Chartres, jusqu’à cette mission de déléguée adjointe en monde rural ; après avoir été coordinatrice d’un doyenné rural, responsable diocésaine de la catéchèse, j’ai fini par deux missions, permanente au CMR et déléguée aux mouvements et associations de fidèles. Mais c’est ma participation à l’Année de Formation Rurale qui a été décisive dans cet appel.»

Odile nous a quitté à 61 ans. Nous imaginons la peine de son mari, de ses enfants et de ses petits-enfants, de toute sa famille. Elle est à la mesure de la peine qui s’exprime dans de multiples messages venus de toute la France ; elle est donc très, très grande.
Pour nous notre pèlerinage sur la terre continue, qu’Odile continue de veiller sur nous d’une autre manière.
Le site de la Mission rurale est à l’arrêt. Mais avec le confinement, l’Église en monde rural est aussi un peu à l’arrêt. Le Congrès du CMR est reporté et…sans doute bien des rencontres de l’Église en monde rural.

Le rassemblement « Terres d’espérance 2020 » est reporté. Non pas à cause du décès d’Odile mais, comme les autres rencontres, du fait de l’épidémie. Le travail de préparation du rassemblement auquel Odile avait grandement contribué, était très avancé : topos, tables rondes, ateliers, forum étaient largement au point. 80 diocèses souhaitaient envoyer une délégation. Il n’y avait plus qu’à veiller aux derniers préparatifs : les évêques et les autres membres du comité de pilotage, l’équipe locale du diocèse de Valence et beaucoup d’autres dont le service « communication » de la CEF restaient mobilisés avec au pilotage : Mgrs Habert et Gaschignard, Anne-Cyria Boccard de l’évènementiel de la CEF et moi-même. Nous ne savions pas encore l’issue fatale mais nous savions qu’Odile n’aurait pas voulu que nous baissions les bras. Rien que pour elle, il fallait qu’il réussisse… mais les évènements en ont décidé autrement. Un nouvel A-venir est à imaginer et mettre en œuvre.
Dans les jours qui viennent Mgr Habert va reprendre contact avec les membres du Comité de pilotage. Il ne s’agira pas de prendre une décision, mais de permettre à chacun de donner son avis et de mesurer les réactions suite à l’annulation de cet événement.

A bientôt pour la Mission de l’Église en monde rural

Joël Morlet